Presse

Prise en charge par ponctions écho-guidées des abcès du sein lactant et poursuite de l’allaitement maternel
[juin 2018]

Résumé

L’allaitement maternel (AM) constitue la référence pour l’alimentation du nourrisson pendant les premiers mois de la vie, avec des bienfaits à court, moyen et long terme incontestables en termes de santé sans compter l'impact écologique et économique pour la planète...
Lire la suite


Le dépistage du cancer du sein : un long fleuve pas si tranquille
[juillet 2017]

Résumé

Le dépistage organisé (DO) du cancer du sein a débuté en France en 1989 avec une couverture nationale depuis 2004. Il est fondé sur un réseau national de radiologues agréés, avec un contrôle de qualité. En France, le DO concerne les femmes de 50 à 74 ans, avec une mammographie et un examen clinique tous les 2 ans sans avance de frais.
Lire la suite


Cancer du sein : Risques génétiques et irradiations font-ils mauvais ménage ?
[mars 2013]

Résumé

Au moment où le dépistage du cancer du sein et la mammographie sont au centre de polémiques dues aux sur-diagnostics et risques de cancers induits, il est important de rappeler que la balance bénéfice risque pour l’individu et la population est largement en faveur du dépistage par mammographie.
Lire la suite




Tomosynthèse : Un rapport bénéfice sur risque favorable

Résumé

Les 15es journées de sénologie interactive des 20 et 21 septembre derniers ont consacré un atelier à l'imagerie. Jean-Yves Séror, radiologue au centre Duroc à Paris, a fait une présentation de cette technique.


La mammographie par tomosynthèse sous la loupe de l'expert

Résumé

Médecin radiologue spécialisé en sénologie, le Docteur JeanYves Seror exerce au Centre d'Imagerie Duroc {Paris), établissement agréé par le programme de dépistage organisé du cancer du sein. ll collabore par ailleurs fortement avec ses confrères hospitaliers dans le cadre de réseaux de cancérologie et de réunions pluridisciplinaires. Nouvel utilisateur de la mammographie par Tomosynthèse développée par la société Hologic, il témoigne pour Hospitalia.


Journal : JT 13 Heures

Depistage du cancer du sein JT 13 H
France 2

Résumé

Journal : sante-guerir.notrefamille.com

Cancer du sein : les nouveaux moyens diagnostiques
Source : Dr Jean-Yves Seror, radiologue à Paris, lors d'une session du MEDEC. Réalisé et validé en collaboration avec des professionnels de la santé sous la direction du Dr Anne Richard

Résumé

De nouveaux moyens diagnostiques et le contrôle qualité de la mammographie permettent le dépistage plus précoce et plus précis des cancers du sein

Télécharger le document


Journal : Le journal des femmes journaldesfemmes.com

L'IRM, un examen très sensible
Source : Dr Jean-Yves Seror, radiologue à Paris. Propos recueillis lors de la conférence de presse sur les techniques d'imagerie médicale pour le dépistage du cancer du sein lors du salon Direction sa

Résumé

Plusieurs revues vantent les mérites de l'Imagerie par résonance magnétique (IRM) pour le dépistage du cancer du sein : sensibilité, précision, rapport bénéfice/risque… Qu'en est-il au juste et est-il exact que l'IRM présente une valeur ajoutée dans le dépistage par rapport à la mammographie ? C'est un examen non irradiant et très sensible, mais peut-être trop sensible d'ailleurs. Cela rend l'analyse de l'image plus complexe

Télécharger le document


Journal : Le journal des femmes journaldesfemmes.com

L'échographie mammaire est adaptée pour l'observation des seins denses, difficile avec la mammographie.
Source : Dr Jean-Yves Seror, radiologue à Paris. Propos recueillis lors de la conférence de presse sur les techniques d'imagerie médicale pour le dépistage du cancer du sein lors du salon Direction sa

Résumé

L'une des premières études du genre, réalisée aux Etats-Unis en 1963 (il y existait alors déjà un dépistage organisé), a montré que le dépistage permettait de réduire la mortalité de 35%' (1). Depuis, de nombreuses études se sont penchées sur l'intérêt de la mammographie dans le rapport risque/bénéfice du dépistage du cancer du sein. La polémique éclate en 2000 lorsque l'étude Cochrane met en doute l'efficacité du dépistage du cancer du sein sur la réduction du taux de mortalité. A peine un an après, de nombreuses autres études démontrent l'invalidité des arguments de l'étude Cochrane, notamment sur le plan méthodologique.

Télécharger le document


Journal : Le journal des femmes journaldesfemmes.com

Vers la mammographie numérique
Source : Dr Jean-Yves Seror, radiologue à Paris. Propos recueillis lors de la conférence de presse sur les techniques d'imagerie médicale pour le dépistage du cancer du sein lors du salon Direction sa

Résumé

Dans le cadre d'un dépistage du cancer du sein, qu'il soit organisé par les institutions ou qu'il fasse suite à une démarche personnelle, la femme est amenée à passer une mammographie. Cet examen radiologique utilise des rayons X et permet au radiologue de voir s'il y a des signes évocateurs d'une lésion tumorale. En France, il est proposé à chaque femme âgée entre 50 et 74 ans et qui ne présente pas de symptômes évocateurs de cancer du sein, de réaliser une mammographie tous les deux ans chez le radiologue de son choix inscrit sur une liste de centres habilités. Cet examen est pris en charge à 100% par la Caisse nationale d'assurance maladie. Quel est l'intérêt de faire une mammographie tous les 2 ans ? 'Le principe est de faire un diagnostic le plus précoce possible. Cela permet de détecter la tumeur lorsqu'elle est encore petite. Par exemple, si la tumeur fait plus de 5 centimètres, le taux de survie est de 70% alors qu'entre 4 et 4,9 centimètres, il est de 96,2%.'

Télécharger le document


Journal : Marie France

L’IRM à la place de la mammographie
Marine Decourt

Résumé

Considérée jusqu’alors comme un examen de seconde intention, l’IRM fait aujourd’hui sa percée en tant qu’outil de dépistage chez les femmes à risques. Les explications du Dr Jean-Yves Seror, radiologue.


Imagerie Duroc: